La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les loisirs de la poste

On dirait que recevoir du courrier par la poste traditionnelle est devenu l’un de ces plaisirs démodés que l’on chantait au siècle passé. Les lettres d’amour et les cartes postales se font rares. Il s’agit d’un moyen de communication agonique à l’ère des textos et des babillards électroniques. Laissons retentir encore un peu le son du couvercle de la boîte en fer forgé. Suspendons le vol plané d’une enveloppe par la fente du passe-lettres. Retirons un objet inutile mais précieux du pigeonnier de sous la pile de circulaires et la dernière facture papier. 

 

Par cette collection (dont le nom est un clin d’œil adressé à Stéphane Mallarmé), je voudrais raviver la joie d’entretenir une correspondance avec « l’extrême contemporain » – un autre terme déjà ancien ! – et le plaisir de ressentir l’intelligence des sens et de l’esprit. 

Zeugma

 

le vingt et unième monde affleure

aucun esprit n’ignore la bleuification

 « Vingt-deux satori », Libertés de la solitude

 

Avec Zeugma, José Acquelin met sa plume dans l’engrenage du métier à tisser des mots qu’il partage avec nous depuis 33 ans – Peut-être est-ce le début d’un nouveau cycle ? Après avoir fini d’en découdre avec l’infini et de faire parler le ciel par la bouche du zéro, voilà qu’il s’emploie à faire passer le Z par le chas du A.

 

Le poète dresse la « poussière dansante » d’un vers à l’autre; son dire qui se dédit et se retire comme une vague au bout de la ligne. Le jeu de la langue est le battement du cœur et la franchise de l’esprit, toujours ouïe. Une brûlure aussi, un ébleuissement observe-t-il sur le pas de sa porte.

 

Nous sommes épinglés sur le cosmos grand ouvert et « tant que je ne dors pas / tout peut me rêver ». J’osai JE est la posture acquelinienne : on ne peut nier rien. 

 

transmigre

les yeux dans le soleil

pour qu’il brûle toutes les nuits

où tu aimerais être à Atacama

Zeugma de José Acquelin, avec une illustration de Louise Latraverse,  Les loisirs de la poste, numéro un, Montréal, juin 2020, 28p. Tiré à 80 exemplaires.

ISBN 978-2-9819101-0-3